Accueil Philosophie Technique Photos Vidéos SWOARD Forum Freeride Liens Contact


Language:
Langue:


Comment l'alpin a tué l'alpin


NOTE IMPORTANTE:

Cet article a été publié en mars 2002. Il est maintenant dépassé car les choses ont évolué positivement depuis.
Comme tout manifeste, il s'est montré un brin provocateur dans le but de faire bouger les choses.
Plus de 13 ans après, force est de constater qu'un de nos buts a été atteint: contribuer à un renouveau du snowboard alpin et susciter un certain engouement! Quelques susceptibilités ont vu dans cet article une attaque contre le monde de la course, ce qui est une méprise car nous sommes nous-mêmes d'anciens coureurs. Nous avons simplement souhaité développer et montrer au public un autre aspect du snowboard alpin, plus polyvalent et ludique pour tous à notre avis: l'extremecarving.
Les réactions enthousiastes à propos de notre site Extremecarving.com nous ont poussé à créer en 2003 notre propre marque, SWOARD, sur la base de nos prototypes développés durant 10 ans. La tendance aux "planches larges" que nous avons (re)lancée a d'abord été critiquée, puis suivie par d'autres fabricants (bien que la largeur ne soit de loin pas le secret de nos planches).
Plusieurs articles dans la presse, des reportages TV, et même un award dans un festival de films en 2007 ont fait connaître notre sport à un plus large public. Alors que le snowboard en général est en régression face au ski, le snowboard alpin est stable, voire en progression. Nous espérons que, par l'intermédiaire de notre site Web, notre large communauté et nos événements sportifs, avoir contribué à promouvoir le snowboard alpin que nous aimons tous.
Ce manifeste est donc une archive que nous conservons avec nostalgie.




Depuis le milieu des années 90, le snowboard alpin a entamé une descente aux enfers, à tel point qu'aujourd'hui, on ne trouve presque plus de matériel dans les magasins.
Pourquoi les gens se sont-ils désintéressés d'une discipline très courante jusque-là, du moins en Europe?

C'est précisément à cette époque que les snowboards alpins ont commencé un régime amincissant. Leur largeur a diminué (jusqu'à 16 cm à la taille chez certains) pour soi-disant, augmenter la rapidité du changement de carres.
A cause de cela, les angles des pieds ont dus être revus à la hausse (60 degrés et plus), imposant une position inconfortable qui réduit considérablement la mobilité du rider sur sa planche. De plus, cette faible largeur diminue la stabilité à basse vitesse.

Ainsi, le snowboard alpin perdit son agrément et sa polyvalence.

A cette même époque, débuta la mode du freeride. On inventa les planches de freeride (qui ne sont que des planches de freestyle...) et les fixations step-in. On fit croire que ce matériel pouvait tout faire (freestyle, freeride et alpin).

Les snowboarders, avides de liberté, se détournèrent tout naturellement de cet alpin devenu contraignant et le remplacèrent par le freeride. D'autre part, les jeunes firent un choix naturel: celui du matériel le moins coûteux et qui se différencie le plus possible du ski.

Peu de temps après, apparut le ski carving (qui est directement dérivé du snowboard...). Les malheureux "freeriders" alpins trouvèrent là un moyen de renouer avec les courbes d'antan.
Là aussi on fit des promesses: le ski carving devait procurer une bonne partie des sensations du snowboard. Nous avons essayé des modèles haut de gamme (nous avons été moniteurs de ski) et tenons à vous dire que cela n'a rien à voir avec le snowboard que nous pratiquons.
C'est facile et confortable mais vite lassant parce que monotone et dénué de vie.
Lorsque nous sommes remontés sur nos planches custom, nous avons vraiment eu l'impression de rider des bombes, tant la dynamique, la légèreté et le rebond sont supérieurs!...

La renaissance du snowboard alpin passe, à notre avis, par une totale remise en question. Il faut lui rendre sa facilité et sa polyvalence, tout en le faisant bénéficier des dernières innovations technologiques (dans la construction notamment) afin d'en faire un sport amusant, agréable et très performant.

Les chaussures aussi sont à revoir. Leur élasticité ne doit pas dépendre de la déformation de la coque, mais d'un mécanisme réglable indépendant. Cela permet d'accroître la mobilité du rider, tout en augmentant sa force dans les appuis. De plus, une coque indéformable protège les chevilles.

Nous vous proposons dans ces pages notre idée de cet alpin "New School".






Philosophie


Qui sommes-nous?


Pourquoi ce site?


Pureté du geste


Rotations

Manifeste





© 2002-2018 Extremecarving.com - Tous droits réservés - info@extremecarving.com